Renaissance

"J'ai beaucoup aimé ce livre, bien écrit, que l'on lit à toute vitesse ! Et oui, bien sûr, tout pourrait se réaliser un jour. Et c'est quand on arrive à la dernière page, qu'on comprend tout le livre ! Une idée très originale de scénario qui nous transmet des vérités fondamentales sur l'Homme et sa façon de vivre aujourd'hui et hier." - Bénédicte de Loriol - 21 avril 2016

Renaissance

"Un livre qu’il fait bon lire, nous qui avons des vies trépidantes et souvent absurdes, connectées en permanence avec notre téléphone ou notre ordinateur et rarement avec la nature ou nos voisins." - Bénédicte de Loriol - 21 avril 2016

Excellente année 2017



Je vous souhaite une merveilleuse année 2017. Qu'elle vous apporte, à vous et à vos proches, tout l'amour, l'amitié, le bonheur et la santé que vous désirez. 


Aujourd'hui, premier jour de l'année, c'est aussi le jour des bonnes résolutions. Je nous souhaite à tous : 
  - des sourires, pour chasser la tristesse,
  - de l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,
  - de la confiance, pour faire disparaître les doutes,
  - des gourmandises, pour croquer et déguster la vie,
  - du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,
  - de la générosité, pour se nourrir du plaisir de partager,
  - des arcs en ciel, pour colorer les idées noires,
  - du courage, pour continuer à avancer,
  - du respect, pour protéger notre belle planète
  - et beaucoup d'amour, pour semer la tolérance et la paix autour de soi !

Si cette quête du bonheur est un sujet qui vous parle, je ne peux que vous conseiller de lire et de partager Renaissance, un roman à propos des valeurs humaines.

Joyeux Noël 2016


C'est le cœur rempli de chaleur que je vous souhaite d'excellentes fêtes de Noël et de fin d'année à toutes et à tous. Que cette fin d'année soit riche en douceur et qu’elle vous apporte l’amour et la paix. 

Souriez, rêvez, donnez, partagez, faites des vœux !

Les meilleurs moments 2016


Article dans Chambéry mag - Mars 2016.

Renaissance bien en évidence dans la vitrine d'une librairie de Chambéry - mars 2016







Une petite place à la une du Mag'Ville Chambéry et deux pages à l'intérieur du Dauphiné libéré - avril 2016



Salon du livre de Méximieux - avril 2016











Article dans Publik'Art - avril 2016


Séance de dédicaces au Libre Erre - septembre 2016.




Le salon du livre de Sainte Foy-lès-Lyon - 13 novembre 2016







Rencontre avec Etienne Ghys

Français : "Amener" ou "Apporter"


Chers lecteurs,

Je suis actuellement en cours de correction de mon second roman qui s'intitulera HéritagesAfin de proposer un manuscrit irréprochable à une maison d'édition, je reprends toutes les fautes de frappe et ce n'est pas une mince affaire, étant donné le nombre de pages. Comme beaucoup de monde, parfois les mystères de la langues française me laissent perplexes. Je vous propose de vous faire part de quelques pépites.

« Amène-moi un verre ! »

Amener c'est mener des choses qui marchent donc « amène-moi le chien » mais « apporte-moi un verre ».

Français : "Après qu'il soit venu." ou "Après qu'il est venu." ?


Chers lecteurs,

Je suis actuellement en cours de correction de mon second roman qui s'intitulera HéritagesAfin de proposer un manuscrit irréprochable à une maison d'édition, je reprends toutes les fautes de frappe et ce n'est pas une mince affaire, étant donné le nombre de pages. Comme beaucoup de monde, parfois les mystères de la langues française me laissent perplexes. Je vous propose de vous faire part de quelques pépites.

« Après qu'il est venu. »

L'indicatif (petit rappel au passage des 8 temps de ce mode : présent, imparfait, passé simple, futur, passé composé, plus-que-parfait, passé antérieur et futur antérieur) exprime des faits réels, qui se sont réalisés. 


Le subjonctif est, lui, le mode du doute. 


On a l'habitude de calquer l'emploi de « après que » sur celui de « avant que ». Erreur. A la suite de « après que », il faut utiliser l'indicatif : « après qu'il est venu, après qu'il a terminé ses devoirs ». Par contre, on utilise le subjonctif à la suite de « avant que » : « avant qu'il soit venu, avant qu'il ait terminé ses devoirs ».


Référence : http://www.lci.fr/livre/ces-treize-grosses-fautes-de-francais-que-vous-commettez-sans-vous-en-apercevoir-1505867.html


Français : "C'est de cela dont je parle." ou "C'est de cela que je parle." ?


Chers lecteurs,

Je suis actuellement en cours de correction de mon second roman qui s'intitulera HéritagesAfin de proposer un manuscrit irréprochable à une maison d'édition, je reprends toutes les fautes de frappe et ce n'est pas une mince affaire, étant donné le nombre de pages. Comme beaucoup de monde, parfois les mystères de la langues française me laissent perplexes. Je vous propose de vous faire part de quelques pépites.

« C'est de cela dont je parle. »

Cette phrase est fausse car le dont contient déjà la préposition de. Il faut donc écrire ou dire « C'est cela dont je parle. » ou « C'est de cela que je parle. ».


De même, on dit « C'est de cela que je me rappelle. » et non pas « C'est de cela dont je me rappelle. »


Allez ! Une autre ! Une autre ! Une autre !


« Moi, personnellement... »


C'est un pléonasme qui comble souvent les vides. Mais cette forme d'insistance utilisée pour se mettre en avant peut être davantage considérée comme une faute de goût que de français.


Référence : http://www.lci.fr/livre/ces-treize-grosses-fautes-de-francais-que-vous-commettez-sans-vous-en-apercevoir-1505867.html

Avant Noël...


Le livre est l'un des cadeaux les plus offerts pour Noël. Sans grande surprise, ce sont plutôt les romans, français comme étrangers, qui attirent le plus d'acheteurs. Les choix se font selon les goûts du destinataire, de celui qui offre, des libraires ou, parfois même, par pur hasard.


Alors, en ce jour de Saint Nicolas et à quelques jours de Noël, pensez à vos cadeaux. Offrez des livres.

Orthographe : "toute entière" ou "tout entière" ?


Chers lecteurs,

Je suis actuellement en cours de correction de mon second roman qui s'intitulera HéritagesAfin de proposer un manuscrit irréprochable à une maison d'édition, je reprends toutes les fautes de frappe et ce n'est pas une mince affaire, étant donné le nombre de pages. Comme beaucoup de monde, parfois les mystères de la langues française me laissent perplexes. Je vous propose de vous faire part de quelques pépites.

« Les enjeux climatiques concernent la planète tout entière qui, depuis l'espace paraît toute bleue. »

Tout est adverbe devant un participe, un autre adverbe ou un adjectif, au sens de « complètement, entièrement, tout à fait ». Dans ce cas, il suit une règle d'accord un peu particulière.

Règle : Tout, adverbe, est invariable sauf quand il est placé devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré (pour raison d'euphonie).

Exemple : La salle tout entière s'est mise à applaudir (et non toute entière).


Remarque : Tout est également considéré comme adverbe devant un nom, dans certaines expressions figées.


Exemples :

Elle est tout yeux tout oreilles (= très attentive).
Elle est toute loyauté et toute franchise, tout feu tout flamme, tout ouïe.